La petite pomme verte... coming soon ! - Pomme verte

Posted by | août 01, 2016 | Pomme Verte | No Comments

Et bien voilà, c’est l’été, il fait chaud, les clients partent en vacances et moi… je finis de couver ! Et oui, la petite pomme verte est prévue pour fin août…

Alors, comment on gère un congés mat’ dans l’année 1 d’une entreprise ?

Alors d’abord, il faut lâcher prise et arrêter de se poser un milliard de questions. De toute façon, il n’y a pas de bons ni de mauvais moments pour agrandir la famille. Pour mon premier enfant, je pensais que tout collait à merveille : j’étais au chaud en CDI dans mon ancienne boîte, mon compagnon avait un bon poste, en CDD certes mais avec de belles perspectives de titularisation… Au final, quelques mois après mes 6 mois d’arrêt, je me fais licencier et mon homme apprend que tout est remis en cause pour son boulot et qu’il n’est en contrat que pour 2 ans… donc bon, …
Selon moi, il vaut mieux privilégier le ressenti personnel. Si ça s’inscrit bien dans l’évolution de la famille, il faut y aller. Et il faut le dire : la carrière aujourd’hui ne sera jamais la même que celle des générations précédentes ; il faut se dire que nous sommes et serons multi-carrières, une fois cette idée digérée ça se passe mieux…
Ensuite, c’est une question d’organisation. J’avoue qu’une naissance en été m’arrange d’un point de vue calendrier (beaucoup moins niveau températures !). En général juillet-août, c’est plié, il ne se passe rien ; septembre c’est le temps des retours, les clients commencent à envisager des projets ; le temps que ça mûrisse, ça reprend en octobre, donc parfait pour moi !

Et le RSI alors ?

Alors là par contre, c’est vrai que quand on a connu un congés mat’ au régime général, c’est juste pas pareil du tout, du tout. Là où en temps « normal », tu arrêtes de travailler un bon mois avant la date présumée d’accouchement, eh ben au RSI tu bosses jusqu’à J-14… Autant dire que ça tire un peu ! Bon, libre à toi de t’arrêter plus tôt mais sache que c’est autant de temps en moins avec ton enfant. Parce que l’indemnisation de base c’est 44 jours dont au moins 14 avant la naissance présumée, soit un mois avec ton petit bout s’il pointe le bout de son nez à l’heure dite. De là à espérer à accoucher plus tôt il n’y a qu’un pas…
Ensuite, il y a possibilité de rallonger de deux périodes de 15 jours après la naissance pour profiter un peu plus longtemps. Mais sache que l’indemnisation prévue ne dépend pas de ton CA ou de ton ancien salaire (comme avec la CPAM), c’est un forfait. Voici les chiffres pour 2016 :
Naissance simple (52,88€ par jour)
– 44 jours d’arrêt = 2 327,60€,
– 59 jours (la première période de 15 jours supplémentaire en sus) = 3 121,10€
– 74 jours (la seconde période de 15 jours) = 3 914,60€

A cette indemnité journalière forfaitaire d’interruption d’activité, peut s’ajouter l’allocation de repos maternel destinée à « compenser » la diminution d’activité et donc de rémunération. Pour les femmes chefs d’entreprise, elle s’élève à 3 218€ dont la moitié à la fin du 7 ème mois et le reste à la naissance. Tout est ici.

Une fois la déclaration de grossesse envoyée (en général après la 1ère écho) au RSI, le suivi se passe bien (pour ma part en tous cas et pour l’instant). Tu recevras un carnet de maternité comprenant des coupons à renvoyer au fur et à mesure de l’évolution de la grossesse (j’ai envoyé le premier à la visite du 7ème mois pour débloquer l’allocation de repos maternel et j’ai perçu la première moitié quelques jours après). Je n’ai pas encore commencé le congés maternité donc je ne peux pas confirmer que la suite se passe bien mais c’est en bonne voie !

Et les clients, prospects, partenaires ?

C’était un peu ma crainte au départ : « comment ils vont le prendre ? Me feront-ils confiance ? Vont-ils aller voir ailleurs car trop contraignant ? ». Alors, déjà, j’avoue avoir un peu traîné avant de faire mon coming-out ! Certains ne l’ont appris qu’il y a quelques semaines car je prenais soin de m’habiller ample. Finalement, c’est avec beaucoup de bienveillance que la nouvelle a été accueillie. Mes clients réguliers l’appellent « la petite pomme » et ont bien pris note de mes dates de off afin de s’organiser au mieux. Je me suis arrangée pour organiser une permanence téléphonique et mail avec un proche collaborateur indépendant qui pourra traiter les « urgences » qui ne peuvent pas attendre mon retour. J’ai trouvé une personne qui a le même profil que moi pour assurer au cas où il y ait des productions imprévues pendant mon congés… J’attends de voir comment ça se gère au quotidien. Je ferai sans doute un post pour débriefer d’une grossesse en tant que chef d’entreprise.

Bref, à bientôt car je risque d’être quelque peu occupée ces prochaines semaines :)